Un demi siècle de "Géographies"

Bandeau titre réduit

Voyage Bourgogne CERVIN

Né au lendemain de la seconde guerre mondiale, les hasards de l’existence ont voulu que j’embrasse la profession de « géographe » en devenant, à la veille de la « révolution de 68 » étudiant en géographie à l’université de Besançon.

Les raisons de ce choix sont davantage liées à la rencontre au lycée de Dole (39) d’un jeune agrégé d’histoire-géographie, Jean-Claude Wieber, qui devait devenir professeur des universités à Besançon quelques années plus tard, qu’à un attrait indéfectible pour une discipline qui apparaissait encore comme une disciple « naturaliste » de l’Histoire.

Les rencontres bisontines avec quelques personnalités qui allaient devenir des ténors de la discipline en France confirmèrent un choix qui ne devait que rarement être écorné au cours de toute une carrière au sein de l’Education Nationale. Confortée dans la capitale bisontine par les personnalités de Jacques Bethemont, Robert Chapuis, Paul Claval, Gabriel Rougerie et bien sûr Jean-Claude Wiebert cette orientation. géographique fut confirmée lors d’un transfert à Bordeaux pour des raisons familiales. Là, au contact de Guy Lasserre, Pierre Barrère, Henri Enjalbert et Philippe Roudié, la « vocation » s’affirma. Ce n’était plus seulement celle d’un enseignant mais aussi celle d’un chercheur. Le Ceget (Centre d’études de géographie tropicale), laboratoire CNRS nouvellement créé par Guy Lasserre devait servir de tremplin pour un départ en Guadeloupe et une thèse de géographie sur les Petites Antilles.

IMG_0002

Une géographie physique.

Au début des années 1970, même la fréquentation de Paul Claval n’avait pas réussi à me détourner du primat de la géographie physique : l’influence, déjà ancienne, de Jean-Claude Wiebert, la conception bordelaise de la géographie dominée alors par des « géophysiciens » devaient me conduire vers une thèse de géographie physique. Et pendant une vingtaine d’années m’accompagna avec plus ou moins d’intensité dans mes multiples activités de géographes, que ce soit comme professeur à l’École Normale de la Guadeloupe (1972-1977), comme responsable du département des études pédagogiques au CRDP de Dijon (1977-1984) ou comme professeur d’histoire-géographie en collège puis lycée en sud Gironde à partir de 1984. La soutenance de cette thèse à l’université de Bordeaux en 1989 concrétisa cette longue gestion tout en marquant une inflexion notable dans une conception de la « science géographique » qui devait dès lors profondément se renouveler, à l’instar de la géographie française.

Ci-contre, la carte des paysages physiques de l'ile de la Dominique réalisée dans le cadre de mon doctorat soutenu en 1989

Colloque-territoires-du-vin-en-2002

Du physique au social, la quête des terroirs du vin

La soutenance de cette thèse trop longtemps entretenue sous la direction bienveillante de Guy Lasserre devait en effet marquer une profonde rupture. Celle-ci se traduisit d’abord par une « réapparition » comme chargé de cours à l’Université de Bordeaux où je retrouvai comme complice Philippe Roudié et la géographie des vignobles. Mes « origines scientifiques » ne conduisirent tout naturellement vers une analyse des terroirs et la compréhension de la géographie des vignobles par l’excellence des « terroirs », c’est-à-dire en fait des « sols viticoles . Telle était alors la pensée dominante de l’INAO confortée par les expertises scientifiques bordelaises d’Henri Enjalbert et surtout de Réné Pijassou.

Ci-contre le colloque sur les terroirs organisé dans le cadre de la création de l'ISVV en 2002

Sceptique mais comme toujours ouvert à toutes les hypothèses, Philippe Roudié m’accompagna dans mes travaux qui bien vite devait souligner les lacunes de l’approche purement « physique » des terroirs, même replacée dans une perspective « géohistorique ». La fréquentation des travaux issus d’une approche géographique plus « systémique » devait fournir des perspectives de lecture du fonctionnement des terroirs du vin plus conforme à celle des chercheurs, qu’ils soient géographes ou d’autres sciences sociales, travaillant sur d’autres productions agricoles. L’arrivée à Bordeaux de Guy Di Méo, l’année suivant mon recrutement à l’université devait achever de me conforter dans un double hypothèse complémentaire : 

  • le terroir, qu’il soit du vin ou d’une toute autre production agricole, est d’abord un espace de production géré par une communauté humaine ; 
  • la géographie est avant tout une science des territoires et donc une science sociale.

vignobles-et-vins-dAquitaine

Une géohistoire des territoires

Dès lors, et ce jusqu’à ce jour où l’heure de la retraite à sonné – d’où ce blog synonyme de loisirs disponibles – toute mon activité de recherches a été centrée sur le fonctionnement des territoires du vin. Sans négliger la composante « naturelle » du terroir, l’essentiel de mes analyses portent sur ce que l’on néglige le plus souvent, la composante « humaine » et plus particulièrement le rôle des organisations collectives dans leur gouvernance. Pour ce faire, en héritier de l’école de géographie bordelaise, en fidèle disciple de Philippe Roudié, sans renié pour autant Alain Huetz de Lemps, Henri Henjabert et René Pijassou, je me suis fait « géohistorien », convoquant l’histoire pour comprendre comment et pourquoi la vigne avait permis à des sociétés viticoles de perdurer là par delà les siècles quand elle avait disparu ailleurs. Et à peu près toujours, le même constat : la compréhension d’une permanence passe par une analyse systémique où les seuls facteurs physiques ne peuvent suffirent à expliquer la réussite d’un territoire, fut-il du vin, dans la longue durée.

Ci-contre une géohistoire des vins d'Aquitaine parue en 2008

L’un des objectifs de ce blog est donc d’éclairer ce long cheminement d’un demi-siècle de géographie « active » à travers des expériences d’un enseignant – chercheur dont le parcours ne fut pas des plus linéaires comme en témoigne le curriculum joint mais que la liste des publications – scientifiques ou pédagogiques – rattache toujours à la Géographie.

Jean-Claude Hinnewinkel (1945-...)

  • 1972 - Professeur Agrégé de Géographie
  • 1970-1977 - Professeur d'histoire-géographie en Guadeloupe, au collège du Moule la 1ère année, à l’École normale ensuite et chargé de cours au Centre d'enseignement supérieur de Pointe à Pitre
  • 1978-1984 - Responsable du département pédagogique au CRDP de Dijon
  • 1985-1994 - Professeur d'histoire-géographie en Gironde
  • 1995-2002 - Professeur agrégé de Géographie puis maître de conférences à l'Université Michel de Montaigne - Bordeaux3
  • 2003-2007 - Professeur des Universités, directeur du CERVIN, directeur de l'UFR Géographie-aménagement